Les deux candidats de l’opposition ont fait savoir qu’ils ne permettront pas que le chef de l’Etat sortant « confisque la volonté populaire des sénégalais »

Publication 24/02/2019

Idrissa Seck a pris la parole dans une ambiance survoltée, quelques minutes après être arrivé au siège de Bokk Gis Gis, qui sert de QG de campagne à sa coalition dans la capitale sénégalaise. « Macky veut confisquer le résultat du vote, mais le peuple sénégalais ne l’acceptera pas ! », a-t-il lancé, lors d’une prise de parole commune avec Ousmane Sonko, également candidat de l’opposition.

Quelques minutes plus tôt, Ousmane Sonko avait lancé un appel sur les réseaux sociaux : « J’invite la jeunesse à protester devant tout média prenant la responsabilité de déclarer Macky Sall vainqueur au premier tour sans les résultats officiels. J’en appelle à la responsabilité  des chefs religieux pour appeler le parti au pouvoir à la raison ».

La tension est montée d’un cran, en milieu de soirée, après que les partisans de Macky Sall ont crié victoire, au siège de campagne du président sortant, candidat à un second mandat. Idrissa Seck et Ousmane Sonko, que les tendances délivrées par les médias locaux donnent au coude-à-coude à la seconde place, réfutent les chiffres donnant Macky Sall vainqueur dès le premier tour.

Les partisans des deux candidats de l’opposition donnés comme étant les mieux placés sont sur des charbons ardents. Certains de leurs sympathisants se sont montrés très remontés envers la presse, que certains accusent de délivrer de faux résultats. Au point de se prendre à partie des journalistes présents sur place.

Un peu plus tôt dans la soirée, le candidat du PUR, Issa Sall, a salué « les performances d’Idrissa Seck et d’Ousmane Sonko », ajoutant que « le 2ème tour est acté ».

Le pouvoir crie victoire

Macky Sall est arrivé à 22h45 à son siège de campagne. Il est monté directement rejoindre son équipe de campagne dont Mahammed Boun Abdallah Dionne, le Premier ministre, Aminata Touré, la directrice de la campagne, Abdoul Aziz Mbaye, le directeur adjoint de la campagne, ou encore El Hadj Hamidou Kassé, le responsable du pôle communication, sans faire de déclaration. C’est le Premier ministre qui a fini par prendre la parole, créditant son camp d’une victoire dès le premier tour chiffrée à 57%. Il assure que le candidat de BBY a gagné toutes les régions, excepté une.

Mamadou Diop Decroix (Idy2019) s’emporte contre les tendances diffusées dans les médias

La bataille des chiffres se jouent également dans les médias. Mamadou Diop Decroix, secrétaire général d’And Jëf-PADS et soutien d’Idrissa Seck, arrivé au siège de la coalition Idy2019 vers 21h30, est très remonté.

« Il y a au Sénégal des bureaux de vote témoins. Généralement, les résultats qui sortent de ces bureaux ne diffèrent pas de ce qui sort globalement du pays. Su ces 100 bureaux témoins, Macky Sall obtient à peine plus de 40% , Idrissa Seck 29%, Sonko 22%. Voilà où nous en sommes. J’ai appris que certains organes de presse faisaient monter la tension en annonçant Macky Sall autour de 49% et faire courir au pays un risque d’affrontement qui n’est pas souhaitable », a-t-il lancé.

Les militants de Macky déjà en fête

Au QG de Macky Sall, à Dakar, les militants sont sortis peu après 21h pour crier leur joie, lançant des « on a gagné » depuis les balcons intérieurs du bâtiment. Selon un proche de Macky Sall interrogé par Jeune Afrique, les résultats donneraient le président sortant réélu « entre 58% et 61% ». « Ça passe largement (au premier tour) », ajoute un membre de la majorité présidentielle.

Dans les deux camps, les pronostics semblent toutefois prématurés. Selon les premières tendances avancées par les différents état-majors des candidats et par les radios privés sénégalaises, Macky Sall arriverait bien en tête de ce premier tour, sans que l’on sache encore s’il dépasse la barre fatidique des 50%. Mais Idrissa Seck et Ousmane Sonko réalisent manifestement des scores importants.

Quant-à Issa Sall et Madické Niang, ils semblent cantonnés à des scores inférieurs à 5%.

LAISSER UN COMMENTAIRE