C’était le 16 octobre dernier. Ousmane Sonko, le leader de Pastef fidèle à lui-même fait une déclaration fracassante. «Mamour Diallo a détourné 94 milliards de F Cfa sur une affaire foncière. Il n’est pas à son coup d’essai, car il a été épinglé par d’autres rapports notamment par l’IGE et la Cour des comptes. J’ai saisi tous les organes de contrôle mais, il n’y a que l’Ofnac qui a réagi. Or, cela est un crime économique», accuse-t-il, sans retenue. Depuis beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Mais surtout personne n’a entendu Mamour Diallo, le directeur des Impôts et domaines. Certains ont même déploré le silence bruissant du Procureur Bassirou Guèye.

Des mois plus tard, c’est-à-dire ce jeudi 24 janvier, Mamour Diallo brise le silence dans les colonnes de L’Observateur pour s’exprimer sur les accusations liées au détournement de 94 milliards de FCFa. «S’il y a une once de vérité dans ces affabulations, alors c’est toute la chaîne de responsabilité du ministère des Finances qui devrait être virée voire emprisonnée», dit-il face aux confrères de L’Observateur. Mamour attaque à son tour le leader de Pastef : «Sonko n’est pas un homme politique, c’est un petit caïd assoiffé d’argent.» Il ajoute : «Moi, je ne vois même pas d’argent, pas un sou. Je ne gère que du papier et je ne suis ni au début ni à la fin de la procédure. Je n’ai jamais vu, jamais aperçu, jamais lu, jamais entendu parler d’une lettre de confort dans cette affaire», affirme Mamour Diallo dans un entretien exclusif avec L’Observateur.

IGFM

 

LAISSER UN COMMENTAIRE